Articles

Fusion des régions : le débat d’arrière-cuisine !

En passant de 22 à 13 régions, les spécialités gastronomiques risquent désormais de se confondre et surtout d’envenimer les débats à table.

55713237

La fusion des régions risque de créer la confusion au niveau des particularismes culinaires. Imaginez que les spécialités de Rhône-Alpes et de l’Auvergne ne fassent plus qu’une. Idem pour celles de la Bourgogne et de la Franche-Comté ; de l’Alsace et de la Lorraine ; du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées… Imaginons ce que donnerait ce nouveau découpage en termes de menus au travers de trois exemples. Surprises garanties !

Rhône-Alpes-Auvergne : Voilà un cas d’école où les antagonismes vont être nombreux. Impossible de trancher entre les symboles de Rhône-Alpes que sont le saucisson brioché, le tablier de sapeur, les quenelles, le gratin dauphinois, la tartiflette, la raclette, la cervelle de canut… et les valeurs sûres d’Auvergne que forment la panoplie de charcuteries, l’aligot, la truffade, le pâté aux pommes de terre, la potée auvergnate, les lentilles vertes du Puy, les tripoux, la soupe aux choux…

Pour les fromages, la tâche devrait se compliquer encore davantage : d’un côté, la fourme de Montbrison, le bleu de Sainte-Foy, le chevrotin des Aravis, l’abondance, l’abbaye de Tamié… et de l’autre le cantal, le salers, le saint-nectaire, le gaperon, la fourme d’Ambert, le bleu d’Auvergne… En ce qui concerne les douceurs, les violons penchent clairement pour Rhône-Alpes avec la pogne de Saint-Genix, la galette de Pérouges, la tarte aux myrtilles, les lunettes de Romans, le gâteau aux noix de Grenoble, le gâteau de Savoie… contre simplement pour l’Auvergne la flognarde (une sorte de clafoutis), le bourriol et le sanciau (deux variantes de la crêpe).

Bourgogne-Franche-Comté : Le seul plat qui reste un emblème des deux régions se baptise la pauchouse : une recette à base de poissons de rivière cuisinée avec une sauce au vin blanc. Mais comment va-t-on s’y prendre pour départager les spécialités bourguignonnes que sont le jambon persillé, les escargots, les œufs en meurette, les cuisses de grenouille, le coq au vin, le bœuf bourguignon… des ancrages franc-comtois que constituent la saucisse de Montbéliard, la saucisse de Morteau, la poularde aux morilles, le poulet au comté…?

À table, le débat risque de vite s’envenimer !

Encore plus quand il sera temps de passer au fromage. Époisses, chaource, brillat-savarin, charolais… contre comté, morbier, mont d’Or, cancoillotte, bleu de Gex… De quoi en faire tout un fromage… Sur les desserts, la température devrait à coup sûr redescendre entre les deux voisins qui possèdent peu d’emblèmes sucrés : le pain d’épices et les nonnettes pour la Bourgogne face à la galette comtoise et au gâteau de ménage pour la Franche-Comté.

Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne : C’est peut-être le plus gros des casse-tête ! Presque un problème insoluble tant les trois régions proches culturellement se différencient au niveau culinaire. L’Alsace peut compter sur la choucroute, le bretzel, l’asperge, le cervelas, le foie gras, la flammekueche, le baeckeoffe. La Lorraine peut se vanter d’avoir le pâté lorrain, la quiche lorraine, la bouchée à la reine, le boudin de Nancy, le cochon de lait de Metz… tandis que la Champagne-Ardenne peut se targuer d’avoir le jambon de Reims, le boudin blanc de Rethel, l’andouillette de Troyes, le pied de porc à Sainte-Menehould…

Au rayon des formages, il y a aussi match avec, côté alsacien, le munster, le géromé, le bibeleskäs…, côté lorrain, le saint-paulin, le carré de l’Est… et, côté champenois, le void, le rocroi, le chaource… Pour ce qui est des desserts, l’Alsace peut s’appuyer sur le kouglof, le streusel, la tarte aux quetsches, le soufflé glacé au marc de Gewurztraminer… La Lorraine a fait sa réputation sur la tarte aux mirabelles, les macarons de Nancy, le chardon lorrain, la lune au chocolat de Lunéville, la bergamote de Nancy…, tandis que la Champagne compte simplement la tarte au sucre ardennaise et le biscuit rose.

Force est de constater que le rapprochement des régions est pour l’instant loin d’être un rapprochement gastronomique tant tout le monde est vigilant sur les appellations !

Vinexplore : L’application qui vous permettra de déguster vins et champagnes à côté de chez vous !

Disponible sur iPhone et Android, Vinexplore est une application gratuite, lancée fin novembre, qui permet de participer à des dégustations de vins & champagnes à côté de chez soi, chez un caviste indépendant ou dans un bar à vin.

Vinexplore

L’appli est centrée, pour l’heure, sur Paris et sa banlieue Ouest, mais elle a vocation à s’étendre très vite sur les principales villes françaises.

L’idée est simple : bien souvent, les gens qui apprécient le vin mais qui s’y intéressent de loin n’ont pas l’occasion de juger sur pièce avant d’acheter. Ils s’en remettent la plupart de temps aux conseils de leur caviste ou des magazines.

L’application Vinexplore offre plusieurs services :
– Goûter avant d’acheter (si l’on a aimé bien sûr !),
– Parfaire sa connaissance du vin grâce aux explications simples et pas barbantes du professionnel qui anime la dégustation,
– Passer une soirée sympa en petit comité (10 à 15 personnes par dégustation) dans un cadre original,
– Garder une trace de tous les vins dégustés : chaque vin fait l’objet d’une fiche, avec ses caractéristiques et la photo de la bouteille, sur laquelle le participant peut taper ses propres commentaires, ses notes… Cette fiche est archivée dans son carnet de dégustation, encapsulé dans l’application.

Tout le monde a déjà fait l’expérience suivante devant un rayon de bouteilles : « J’ai bu un super blanc il y a trois mois, mais bon sang, c’était quoi ??? » Grâce à Vinexplore, il suffit de sortir son smartphone et on retrouve en deux secondes le vin en question.

Le choix du lieu (géolocalisé), la réservation et le règlement de la participation, la liste des vins dégustés et leurs caractéristiques, tout est centralisé sur l’appli.

Les nombreux cavistes parisiens qui ont été approchés sont très preneurs car ils n’ont ni le temps, ni les compétences techniques, pour planifier l’organisation et la promotion de ces mini-événements.

Ils sont d’autant plus intéressés qu’à l’issue de chaque dégustation, il est rare qu’un participant n’achète pas une – voire plusieurs – bouteilles.

Alors à votre smartphone pour le téléchargement de l’appli sur Google play et App Store. Toutes les infos sur http://vinexplore.com/