Articles

Green & Zen Bubbles

Aujourd’hui, nous avons décidé de vous présenter une belle initiative écologique !

Ex citadine, Caro Gauvin a choisi il y a quelques années de s’installer à la campagne et de se consacrer entièrement au Développement Durable. Elle crée en 2008 une petite association de protection de la nature: Green & Zen Bubbles.
Aujourd’hui Green & Zen Bubbles est très active dans la région PACA et  lutte contre les sites déchets sauvages en organisant régulièrement des nettoyages de sites pollués (essentiellement autour des cours d’eau). Elle organise aussi diverses expositions de sensibilisation à la lutte contre la pollution et d’autres actions.

DSC03726

Parmi ses autres actions, Caro Gauvin intervient dans des écoles avec une exposition intitulée « Déchets contre nature ».

Cette exposition photographique traite de la problématique des déchets sauvages et de leur incidence sur le milieu naturel. « Déchets contre nature » s’adresse à tous les publics, que ce soit les enfants ou les adultes. Les photos présentées sont un mix entre le reportage et la recherche artistique. Même si leur but est d’interpeller le public en le faisant réfléchir aux conséquences des macro-déchets sur le milieu naturel, « nous le faisons de manière positive et un peu décalée : chaque photo porte par exemple un titre de film, de série TV ou de chanson. Le déchet est présenté comme une sorte d’acteur dans un espace inapproprié. Ce qui plaît beaucoup aux adultes autant qu’aux enfants ! »

Particuliers et entreprises souhaitant réduire leur impact et améliorer les conditions de vie ou de travail de manière écologique peuvent aussi contacter l’association Green & Zen Bubbles pour des initiations au tri des déchets, au nettoyage écologique…

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à visiter leur page Facebook

Des armées de fourmis contribuent à la propreté de New York

Des chercheurs américains ont remarqué que les fourmis jouent un rôle important dans le nettoyage des déchets alimentaires dans la ville de New York. Selon les experts, les arthropodes new-yorkais sont capables d’ingurgiter l’équivalent de 60 000 hot-dogs en un an…

fourmis 1

Quand l’ouragan Sandy a frappé New York en 2012, les chercheurs menaient une étude sur les insectes urbains. L’année suivante, ils ont décidé de s’intéresser aux conséquences de l’ouragan sur le comportement des populations d’insectes de la ville.

Objectif : mesurer la biodiversité

Dans un premier temps, les scientifiques ont prélevé des spécimens d’insectes dans les rues et les parcs de New York. L’objectif était de mesurer la biodiversité de ces différents sites.

Ensuite, ils ont voulu mesurer quelle quantité de nourriture les arthropodes pouvait consommer. Et s’ils mangeaient plus de nourriture selon l’endroit où ils se trouvaient. L’hypothèse des chercheurs étaient que dans les lieux ou la biodiversité est riche, il y aurait plus de déchets alimentaires consommés.

Pour mesurer exactement la quantité de nourriture mangée par les arthropodes, les chercheurs ont placé sur les trottoirs et dans les parcs des restes de junk food. A chaque fois, un échantillon d’aliments a été mis dans une cage, de sorte que seuls les insectes puissent y accéder. Et l’autre échantillon à l’air libre, pour que tous les animaux atteignent les restes alimentaires. Au bout de 24h, les scientifiques ont récupéré la nourriture pour mesurer la quantité consommée.

La fourmi de trottoir est efficace

Les chercheurs ont alors découvert que l’ouragan Sandy n’avait pas eu de conséquence sur la consommation de nourriture par les arthropodes. Ce qui est surprenant car les sites étudiés ont été inondés pendant la tempête.

Plus étonnant, les scientifiques ont remarqué que les populations d’arthropodes des rues mangeaient deux à trois fois plus de déchets alimentaires que celles vivants dans les parcs, où la biodiversité est plus importante.

Selon le Dr. Youngsteadt, cela est dû au fait que l’espèce la plus commune dans les rues de New York est la fourmi de trottoir. Cette dernière est particulièrement efficace pour nettoyer les déchets alimentaires en milieu urbain !

Entre fourmis et rats, la concurrence est rude !!

En comparant les quantités de nourriture consommées à l’intérieur et en dehors des cages, les chercheurs ont aussi remarqué que d’autres animaux comme les rats et les pigeons mangeaient les restes de junk food.

Les scientifiques en concluent que les fourmis et les rats sont en concurrence pour manger les ordures des humains. Et que tout ce qui est mangé par les fourmis n’est pas disponible pour les rats.

En conclusion, « Les fourmis ne nous aident pas seulement à nettoyer nos villes, précise le Dr. Youngsteadt. Elles sont aussi utiles pour limiter les populations de rats et d’autres nuisibles. »