Recette : bruschetta à la mozzarella

Un peu d’histoire :

Une bruschetta est un hors-d’œuvre (ou antipasto) italien.

Il s’agit généralement d’une tartine de pain grillée frottée d’ail, arrosée d’huile d’olive et garnie de petits morceaux de tomates, assaisonnée de basilic. À la fois la tartine elle-même, et, plus particulièrement, la préparation de tomates et ou ingrédients qui la recouvrent, sont appelées bruschetta.

À cela s’ajoutent quelques fois poivre, sel, piments forts, poivrons et fromage. Il en existe de nombreuses variantes.

86acf0fb-c932-474d-8053-fa2e1fbc44bc_normal

Crédit : Marysckin

POUR 4 PERSONNES

10 min de préparation, 5 minutes de cuisson

Ingrédients :

  • 8 grosses tranches de pain de campagne
  • tomates
  • 2 boules de mozzarella
  • origan ou du basilic (frais, de préférence)
  • huile d’olive

Préparation :

  1. Disposer les tranches de pain de campagne sur une plaque du four.
  2. Découper très finement tomates et mozzarella en dés.
  3. Sur chaque tranche de pain, disposer quelques petits morceaux de tomate, puis un peu de mozzarella.
  4. Saupoudrer chaque tartine d’origan ou de basilic, et verser un filet d’huile d’olive.
  5. Attendre l’arrivée des invités pour passer les tartines 3 à 5 min au grill, pour que la mozzarella fonde…

Source : marmiton.org

Terra Botanica, les jardins extraordinaires

Terra Botanica est le premier parc de rencontres interactives avec l’univers du végétal, le parc de loisirs Terra Botanica a ouvert ses portes en 2010 au cœur de l’Anjou, à Angers (49).

11 hectares de jardins, de bassins aquatiques et de serres, jalonnés d’attractions sur l’eau, dans les arbres… et d’animations offriront une découverte multidimensionnelle de la flore des 6 continents. Une expérience unique au monde.

Parc botanique, animation, attraction de quoi vous faire tourner la tête.

 

Terra Botanica ouvre sa 6ème saison avec des objectifs, une dynamique et une identité renouvelés.

Elle a pour vocation de devenir un pôle touristique et économique structurant, dans une région où des millions de touristes français et étrangers « frôlent » Angers chaque année, mais ne s’y arrêtent pas. Faire d’Anger une escale incontournable du tourisme nécessite des hauts lieux touristiques, des lieux insolites et séduisants.

 

Pour se faire, Terra Botanica invite ses visiteurs à partager une nouvelle aventure sensationnelle en famille à bord du ballon captif, « Terra Vu du Ciel » !

La nouvelle attraction du parc végétal permet aux petits et grands de découvrir à 150 mètres de hauteur l’architecture paysagère du parc et offre une vue imprenable sur la ville d’Angers. Au cours de leur voyage, les visiteurs en apprendront davantage sur le lien qui unit l’Anjou et ses ballons ainsi que l’importance des vents pour la nature.

Cette expérience sensorielle hors du commun permet de percevoir de façon ludique l’environnement d’aujourd’hui et de demain.

Émotions, sensations et découvertes garanties !

Affiche Ballon Terra Vu du Ciel

 

Pour plus d’informations n’hésitez pas à vous rendre sur : terrabotanica.fr

Vivre sans plastique, un vrai défi !

Vivre sans plastique ? Vous pouvez relever le défi, Merren l’a fait !

© Camille Tourneboeuf

article vivre sans plastique

Vivre un an sans plastique, c’est le défi que s’est lancé Merren Tait en Nouvelle-Zélande en juillet 2013. S’inspirant de l’action collective Plastic Free July (juillet sans plastique), cette jeune femme décide d’aller plus loin et a réussi l’exploit de consommer 0 plastique pendant une année complète.

Vivre sans plastique : un défi logistique, surmontable.

Très vite, Merren Tait se rend compte que les courses qui étaient jusque-là aisées et rapides prennent plus de temps. En effet, les choix sont limités et bien vite des dilemmes se posent. Que faut-il privilégier : des produits issus de l´agriculture biologique mais emballés dans un emballage plastique non recyclable ? Ou bien des produits issus de l’agriculture traditionnelle mais dont l’emballage est recyclable, parce que produit par exemple à partir de maïzena ?

Où trouver des tubes de dentifrice, des brosses à dents ou encore des produits d’entretien sans plastique, sans parler de produits aussi essentiels que des lentilles de contact ?

Finalement les choses s’organisent. Des gestes oubliés se retrouvent. Les emballages plastiques sont remplacés par des sachets en papier ou des cartons lors de l´achat de produits en vrac. Les conserves sont remplacées par des pots en verre et les brosses à dents à manches en plastique par des manches en bois.

Des produits de toilette naturels sont redécouverts telle la pierre d’alun. Les savons remplacent les gels douche et les produits d’entretien sont fabriqués maison.

Puis c’est progressivement les commerçants que Merren fréquente qui se mettent au diapason, acceptant d’emballer les aliments dans du papier et non dans des emballages plastiques…

Ce sont ainsi bientôt plusieurs dizaines de kilos de déchets économisés face à une consommation d’objets en plastique qui, pour la plupart du temps, ne servent qu’une fois, mais restent plusieurs centaines d’années dans la nature.

Le plastique, matière non biodégradable, a en effet envahi la planète et si nous ne percevons pas toujours les dommages qu’il cause sous nos latitudes, il suffit de se rendre en Afrique ou dans d’autres régions en voie de développement pour s’en rendre compte. Là, sacs et emballages plastiques sont partout, accrochés aux arbres, jalonnant le sol, et bientôt dans les cours d’eau, d’où ils rejoignent ensuite les mers et les océans, avec les effets que l’on sait.

Les solutions trouvées par Merren peuvent être lues sur son blog: 1yearnoplastic, sur celui de Plastic Free July (les deux en anglais)… et, bien sûr, sur consoGlobe !

Jardiner en fonction de la Lune

Pourquoi et comment jardiner avec la Lune ?

Il a été prouvé que la Lune influence de multiples phénomènes tels que les marées ou la pousse des cheveux. Il en est de même pour les végétaux qui voient leur vigueur dépendre des phases de la Lune. En respectant le calendrier lunaire, il est tout à fait possible de jardiner en fonction des cycles du satellite terrestre et d’en profiter au mieux !

Lune croissante/décroissante

Il s’agit de la révolution lunaire synodique, qui dure environ 29 jours. C’est la face lumineuse que montre la Lune à la Terre, elle dépend de la place du satellite par rapport au Soleil.
Quand la Lune est croissante, sa surface lumineuse augmente chaque nuit jusqu’à atteindre la pleine lune. Durant cette période, qui s’étale sur une quinzaine de jours, la vitalité des plantes est croissante, comme la lune. Les végétaux sont plus résistants aux maladies et c’est le moment idéal pour effectuer tous les travaux qui vont demander de l’énergie à la plante comme la taille et la cueillette des fleurs et des fruits. La lune a d’ailleurs aussi un effet sur ces derniers, les fleurs tiendront plus longtemps en vase et les fruits mûriront plus longuement à la cave.
Quand la lune est décroissante, sa surface lumineuse diminue chaque nuit jusqu’à atteindre la nouvelle lune. Durant cette période, qui dure également une quinzaine de jours, les végétaux sont moins résistants mais leur goût, leur odeur et leur saveur se décuplent. C’est le meilleur moment pour les consommer tels quels ou transformés, tout de suite car leur durée de conservation est faible.

Lune montante/descendante

A ne pas confondre avec les lunes croissante et décroissante. Il s’agit de la révolution lunaire périodique qui dure environ 27 jours, c’est en fait le déplacement dans le ciel de la Lune vu de la Terre.
La Lune montante est la période durant laquelle le satellite monte chaque jour un peu plus de l’horizon vers le ciel. La sève des plantes monte vers les branches. Occupez-vous donc de tout ce qui se passe au-dessus du sol : greffe, semis,…
La lune descendante est la période durant laquelle le satellite baisse chaque jour davantage vers l’horizon. La sève migre vers les racines. Occupez-vous donc de tout ce qui se passe sous la terre : enracinement des boutures, plantations,… Il est également plus approprié d’effectuer vos travaux de taille durant cette période.

Les jours de repos du jardinier

Deux fois par mois il est conseillé au jardinier de n’effectuer aucun travail dans son jardin. Il s’agit des jours (4 au total) où la Lune et la Terre sont les plus proches (périgée), les jours où elles sont les plus éloignées (apogée) et les jours où l’orbite elliptique que décrit la Terre autour du Soleil coupe celle de la Lune (nœud lunaire).

article comment jardiner avec la lune

Milk Lab donne carte blanche à 20 designers

Du lait connecté ou imprimé en 3D… Pour faire du packaging ou de la vaisselle, de nouveaux objets pour le consommer, des concepts utopiques ou pour un futur proche… L’exposition Milk Lab a donné carte blanche à 20 designers. De quoi projeter une perception du lait résolument contemporaine et prospective.

7331

Nourrissant, essentiel, doux, blanc, transformable, sain, pur, naturel, local, universel, quotidien… le lait est vertueux, évocateur et riche en promesses. Au point d’être une source d’inspiration récurrente aussi bien pour les artisans que les industriels ou même les artistes. Son avenir semble tout tracé tant il est incontournable et basique. Pourtant peut-il encore être source d’innovation et sous quelles formes ? Une interrogation à laquelle les 20 designers -professionnels et étudiants en école d’art- invités à participer à Milk Lab, apportent de très réjouissantes réponses, résolument tournées vers la prospective (*). Organisée par Claire Fayolle cette exposition qui ouvre ses portes à La Milk Factory pose une seule question : les produits laitiers demain, quelles propositions ?

20 designers : 10 confirmés et 10 en devenir livrent leur vision.

Il n’en fallait pas plus pour inciter les artistes confirmés ou en devenir à sortir de leurs cartons des projets spéciaux, expérimentaux, inédits. Certains traitent de nouvelles formes de consommation de produits laitiers (contenants, gestes, associations de goût, lieux, recettes…). D’autres abordent le lait comme un matériau réhabilitant la galalithe (sculptures en 3D), s’intéressant à la fibre de lait, imaginant un nouveau polymère 100% hydrosoluble (vaisselle) et même un nouveau type d’encre naturelle (imprimante papier). Pas de doute, l’émerveillement et l’étonnement sont au rendez-vous. Car chaque proposition sort des sentiers battus et encourage le visiteur à porter un regard neuf sur cet ingrédient pourtant tellement routinier. C’est d’autant plus enrichissant et varié que la plupart témoignent de quêtes de nouveaux débouchés techniques ou économiques, et de préoccupations actuelles bien concrètes comme le développement durable, la sauvegarde du territoire, la re-connexion du monde urbain avec le monde agricole ou encore les rôles de la technologie, des réseaux sociaux et de la communication… Le lait est bel et bien réinventé et se projette vers un avenir très créatif. A tel point que les interprétations qui en sont faites se posent comme un excellent préambule à l’Exposition Universelle dont le thème central est la nourriture de demain. Un itinéraire très contemporain à parcourir en priorité.

(*) 5.5 Designstudio, BETC Design, Sébastian Bergne, Marc Bretillot, Stéphane Bureaux, Eliumstudio, Marti Guixé, François Mangeol, Nodesign, Sismo, ainsi que l’Ecole nationale supérieure d’art et design de Nancy et l’Ecole supérieure d’art et design de Reims.

 

lait bol

Hackathon e-agriculture : du 12 au 14 juin

Hackathon e-agriculture du 12 au 14 juin à La Loupe (28)

logo

La Wild Code School (Eure-et-Loir) et ses partenaires organisent un hackathon du 12 au 14 juin au Château de La Loupe sur le thème « e-agriculture ». Une belle aventure à vivre au cœur du comice agricole !

Graphistes, développeurs, ingénieurs, makers, webdesigners, medias spécialisés, formateurs, professeurs, passionnés d’agriculture, d’informatique, d’électronique, de technologies, de communication, d’objets connectés, de bidouille… Ou tout simplement curieux et motivés ? Inscrivez-vous !

Il s’agit d’un concours : en 48h, les participants doivent monter un projet en groupe et le présenter à un jury de professionnels. 1er prix attribué : 3 000€ !

Une belle aventure à vivre, de jolies rencontres et un week-end sympa à la campagne !

Parmi les mentors présents : Oussama Amar (co-fondateur de The Family) Hervé Pillaud (l’ageekulteur le plus célèbre de France !), Ouishare, Orange…

Vous avez un projet en agriculture que vous souhaiteriez voir développer ? Proposez-le et venez le soumettre à nos équipes de créatifs !

www.wildkackathon.fr 

Justoclic, transforme les pertes en offres

Justoclic, la nouvelle application qui pourrait donner aux commerçants et à leurs clients un service qui rééquilibre les rapports avec la grande distribution.

logo

Un jour, Laurent Le Men, dirigeant de JustoFrance, en a eu ras le bol de voir son boulanger jeter tous les soirs ses invendus faute de pouvoir les écouler via une ristourne de dernière minute et de pouvoir alerter en temps réel ses clients potentiellement intéressés. Une problématique de gaspillage et de manque à gagner qui concerne tous les artisans des métiers de bouche tout autant que les hôteliers, les fleuristes, les directeurs de théâtre, les garagistes ou les coiffeurs… bref tous ces boutiquiers qui font que la vie en centre-ville ou proche de chez soi est vivante et pratique. Mais qui souffrent de la concurrence de la grande distribution ou des gros groupes, du manque de moyens pour mener des campagnes de promotions commerciales ponctuelles et du renouvellement de leur clientèle.

N’écoutant que son âme de citoyen et de citadin et s’inspirant des démarches de commerce équitable pour le café et le cacao, l’entrepreneur a conçu Justoclic. Une application communautaire et géolocalisable pour smartphones qui aura pour ambition, dès décembre, de réunir commerçants et consommateurs autour d’une même idée : gaspiller le moins possible en se rendant service mutuellement, facilement et instantanément. Très innovante, cette solution digitale dépasse le pur intérêt individuel.

Justoclic, contribuera bien à améliorer le quotidien et l’environnement du consommateur. Puisqu’elle lui permettra de lutter contre la malbouffe et la perte de pouvoir d’achat en accédant, près de chez lui, à des produits de bonne qualité à moitié prix. Mais aussi de gagner des bons ou des cadeaux en cumulant des points de fidélité.

Quant à son fonctionnement, il se veut simple et souple afin de faciliter son utilisation par les professionnels. Ainsi, il leur suffit de souscrire à un abonnement annuel pour se former via un book, disposer de flyers, accéder librement au back office pour créer leurs promotions et diffuser au rythme de leur choix autant d’offres qu’ils souhaitent en un seul clic. Instantanément alertés sur leur téléphone, leur tablette ou sur le site de Justoclic, leurs clients pourront aussitôt saisir les bons plans proposés dans leur quartier ou autour d’eux et bénéficier d’exclusivités.

justoclic

D’autre part, la jeune pousse s’engage à reverser 1% de ses bénéfices aux Resto du Cœur « non seulement pour montrer l’exemple mais aussi parce que nous savons que tout le monde n’a pas de portable et ne peut pas bénéficier des avantages de notre appli ».

Une commercialisation via le Multi Level Marketing… et pas seulement en France

L’autre particularité de Justoclic est sa commercialisation comme le souligne son créateur : « Le bouche à oreille joue un grand rôle puisque l’appli facilite la communication entre commerçants d’une part et entre clients et commerçants, d’autre part. En effet, les revendeurs (ou distributeurs) sont indépendants, peuvent parrainer à leur tour de nouveaux vendeurs, et être aussi en partie rémunérés par une commission évaluée en pourcentage sur les ventes de ces derniers ». Une méthode initiée le 15 novembre et qui semble fructueuse : l’appli a déjà séduit 200 commerçants en France et devrait en compter -si elle continue sur sa lancée- 1000 d’ici à la fin de l’année pour un peu plus de 40 000 utilisateurs.

 

Et le coût dans tout ça ?

Devenez utilisateur pour seulement 1 € HT / mois

Devenez commerçant affilié : JUSTOCLIC pour seulement 120 € HT / an

Devenez distributeur et démarrez votre activité pour seulement 240 € TTC / an

 

Pour plus d’informations, rejoignez la page Facebook ou le site Internet

 

Recette : croquette de poisson

Un peu d’histoire : La croquette est un mets répandu dans de nombreux pays d’Europe et du monde, où elle peut être consommée comme entrée, plat d’accompagnement, grignotine ou plat principal.

La base des croquettes se fait principalement avec de la sauce béchamel, à laquelle on ajoute d’autres ingrédients en grande quantité, comme des morceaux de jambon ou de poulet, du poisson (souvent de la morue ou du thon) ou du fromage, et quelquefois des légumes cuits écrasés à la fourchette.

site-930x1024

POUR 2 PERSONNES

10 min de préparation, 15 minutes de cuisson

Ingrédients :

  • 2 filets de poisson blanc surgelés
  • 1 petit oignon blanc
  • 1 c. à s. de farine de maïs (ou de pois chiche)
  • 1 c. à s. bombée de persil haché
  • 2 c. à s. de chapelure
  • quelques gouttes de jus de citron
  • sel, poivre

Préparation :

  1. Faites décongeler les filets de poisson. Dans un mixeur, ajoutez le poisson, l’oignon, la farine de maïs, le persil, le citon, salez, poivrez et mixez ! Pour avoir une meilleure consistance, vous pouvez réserver cette farce pendant 1 petite heure au frais.
  2. Préchauffez votre four à 220°. Confectionnez des petites boules avec la farce. Roulez les dans la chapelure (si la elle n’adhère pas assez à la chair de poisson, vous pouvez passer préalablement les boulettes dans de l’oeuf battu), applatissez un peu la farce afin d’obtenir une galette bien épaisse.
  3. Déposez les galettes sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Versez un léger filet d’huile d’olive sur celles-ci avant d’enfourner pour 15 minutes à 220°.

Source : cloudyfood.fr

Le doggy bag arrive dans nos restaurants

Le doggy bag va devenir à la mode en France !

Après les producteurs qui se sont mis à commercialiser leurs légumes et autres produits moches, les restaurants ont décidé à leur tour de proposer leur solution antigaspi. L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) a signé officiellement un partenariat avec la société française TakeAway, dans le but de «généraliser la pratique du doggy bag» en France. Cette pratique américaine consiste à emporter dans une barquette les restes de son assiette au restaurant.

doggy bag

«Le gaspillage, c’est l’affaire de tous: du producteur au consommateur en passant par nos restaurateurs», souligne Roland Héguy, le président confédéral de l’Umih dans un communiqué. «Si le cuisinier ne produit pas pour générer du gaspillage, le doggy bag est un moyen de réduire le gaspillage alimentaire auprès de nos clients.»

Selon la Commission européenne, 14% des déchets alimentaires produits chaque année seraient générés par les restaurants, notamment à cause de l’absence de choix pour la taille des portions, des difficultés à anticiper la demande ou encore à cause de la faible possibilité pour les clients d’emporter leurs restes.

À titre de comparaison, les ménages sont responsables de 42% des déchets alimentaires. Grâce à ce partenariat pérenne, l’Umih entend désormais «apporter une solution concrète et pratique aux milliers de professionnels souhaitant proposer à leur clientèle» un doggy bag. «Nous devons démocratiser cette pratique», insiste Roland Héguy.

Lancée en 2014 en Rhône-Alpes, la société TakeAway propose une boîte cartonnée microondable à emporter, mais aussi un sac pour des clients n’ayant pas terminé leur bouteille de vin. Elle travaille déjà aujourd’hui avec une quarantaine de restaurateurs dans sa région. «Cet accord nous permettra de proposer notre solution à quelque 40.000 restaurants et 10.000 hôtels affiliés à l’Umih», se réjouit Nicolas Duval, PDG de la jeune startup. «Le doggy bag n’est pas facile à mettre en place en France, où cette pratique est considérée comme un peu gênante.» Ailleurs en Europe, comme au Royaume-Uni, ou plus récemment en Belgique et en Italie, le «sac à emporter» a déjà commencé à s’installer dans les habitudes des consommateurs.

Pourtant, selon un sondage mené par la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt de Rhône-Alpes (DRAAF), 75% des Français seraient prêts à utiliser un doggy bag. Du côté des restaurateurs, les atouts de ce service ne sont pas négligeables, «en termes d’image de qualité, de diminution de coût d’enlèvement des déchets, de service qualitatif proposé au consommateur, d’éthique environnementale …»

Outre la «Box TakeAway», pour les restes de repas, et le «Bag TakeAway», la société fournit également la signalétique – par exemple en vitrine ou sur le menu de l’établissement – et tous les supports de communication visuelle. «Nous référençons également les restaurants qui proposent notre solution sur notre site Internet.»

 

Par Isabelle de Foucaud pour le Figaro.fr

Green & Zen Bubbles

Aujourd’hui, nous avons décidé de vous présenter une belle initiative écologique !

Ex citadine, Caro Gauvin a choisi il y a quelques années de s’installer à la campagne et de se consacrer entièrement au Développement Durable. Elle crée en 2008 une petite association de protection de la nature: Green & Zen Bubbles.
Aujourd’hui Green & Zen Bubbles est très active dans la région PACA et  lutte contre les sites déchets sauvages en organisant régulièrement des nettoyages de sites pollués (essentiellement autour des cours d’eau). Elle organise aussi diverses expositions de sensibilisation à la lutte contre la pollution et d’autres actions.

DSC03726

Parmi ses autres actions, Caro Gauvin intervient dans des écoles avec une exposition intitulée « Déchets contre nature ».

Cette exposition photographique traite de la problématique des déchets sauvages et de leur incidence sur le milieu naturel. « Déchets contre nature » s’adresse à tous les publics, que ce soit les enfants ou les adultes. Les photos présentées sont un mix entre le reportage et la recherche artistique. Même si leur but est d’interpeller le public en le faisant réfléchir aux conséquences des macro-déchets sur le milieu naturel, « nous le faisons de manière positive et un peu décalée : chaque photo porte par exemple un titre de film, de série TV ou de chanson. Le déchet est présenté comme une sorte d’acteur dans un espace inapproprié. Ce qui plaît beaucoup aux adultes autant qu’aux enfants ! »

Particuliers et entreprises souhaitant réduire leur impact et améliorer les conditions de vie ou de travail de manière écologique peuvent aussi contacter l’association Green & Zen Bubbles pour des initiations au tri des déchets, au nettoyage écologique…

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à visiter leur page Facebook